Décibel moto

La réglementation en décibels pour les motos

Réglementation motard

Pour un motard, le bruit de sa moto correspond, à l’échelle d’un musicien à une symphonie de Beethoven. Il est donc très important que sa moto fasse « un beau bruit », qu’elle « chante bien ».
Toutefois, cela peut devenir très bruyant et donc gênant pour les autres usagers de la route et les riverains. On peut alors se demander si le motard doit absolument avoir un engin très bruyant et si cela à une réelle incidence sur la conduite d’une moto.

Une moto ça doit faire du bruit mais…

Le bruit d’une moto stimule forcément l’oreille d’un motard. Lorsque l’on tourne la poignée de gaz, une vraie sensation de vitesse, de puissance et de virilité peut être ressentie. On peut aussi penser d’un point de vue sécuritaire et se dire que : « Plus une moto va faire de bruit, plus on va être entendu par les autres usagers de la route ». En réalité, ces hypothèses sont fausses !

Certains motards changent très vite leur pot d’échappement d’origine car « il est trop gros », « il n’est pas beau » et « il ne fait pas de bruit ». En effet, changer votre pot d’échappement pour un pot adaptable peut le rendre plus esthétique. Cependant, pour la plupart des pots adaptables, vous ne gagnerez pas ou peu en performance. Il est même possible que vous en perdiez. Donc sans réel gain de performance, il vous reste le « beau bruit » qui peut parfois signifier « plus de bruit ».

À l’origine, une moto doit faire du bruit non pas pour le plaisir des oreilles, mais pour être perçu par son propriétaire. Cela peut paraître évident, mais le pilote est sur la partie avant de la moto et au-dessus du pot d’échappement. La sortie étant dans la direction inverse du pilote, le son doit être plus bruyant pour être entendu par le pilote. À cela, s’ajoute le bruit lié au vent et au port du casque qui atténue grandement le son. Une moto doit faire du bruit, c’est indiscutable mais attention, cela ne doit pas être dans l’excès. Le pot d’origine a été suffisamment étudié pour répondre aux différentes contraintes.

Il reste encore à analyser cette hypothèse : « plus une moto va faire de bruit, plus on va être entendu par les autres usagers de la route ». Cependant, cet argument est faux ! Comme dit précédemment, le bruit de la moto provient de l’arrière de votre moto et se dirige non pas vers l’avant, mais vers l’arrière. Pour que vous soyez entendu par l’usager devant vous, cela veut dire que vous devez faire encore plus de bruit. Mais ce n’est pas si simple que ça… En effet, il a été vérifié que l’on entend réellement le motard quand il dépasse et non pas quand il se trouve derrière un véhicule. De plus, tout ne se passe pas que devant vous. Il ne faut donc pas oublier la personne qui se trouve derrière vous. En effet, elle va subir directement le son provenant de votre moto puisque le son se dirige dans cette direction. Finalement, avoir un pot augmentant le bruit de votre moto ne vous aidera pas à être mieux entendu par ceux qui sont devant vous.

La loi et les échappements moto

La loi indique que le volume sonore admissible est le même pour toutes les motos. Toutes les motos supérieures à 175cm³ ne doivent pas dépasser les 80dB dans les conditions de mesure de réception en dynamique (en 3eme à 50km/h).

VÉHICULE VALEUR LIMITE DU NIVEAU SONORE
Cyclomoteur dont la vitesse maxi est inférieure ou égale à 25 km/h 66 dB (A)
Cyclomoteur dont la vitesse maxi est supérieure à 25 km/h 71 dB (A)
Motocycle dont la cylindrée est comprise entre 50 et 80 cm³ 75 dB (A)
Motocycle dont la cylindrée est comprise entre 80 et 175 cm³ 77 dB (A)
Motocycle dont la cylindrée est supérieure à 175 cm³ 80 dB (A)

Cependant pourquoi la valeur dans la case U1 de la carte grise peut être différente de cette valeur ?

La réponse est simple ! Les 80dB indiqués par la loi correspondent à une mesure de réception en dynamique. Or, cette mesure est compliquée à mettre en place pour les forces de l’ordre ou pour toutes personnes nécessitant de réaliser un contrôle. Pour faciliter la mesure, ils utilisent un autre mode de mesure : la réception statique. Elle se réalise avec un sonomètre, à une distance de 50 cm du pot et avec un angle de 45 degrés. La mesure est effectuée à la moitié du régime de puissance nominale (valeur indiquée dans la case U2 de votre carte grise). Ainsi, la mesure devient plus simple et plus rapide.
Si vous souhaitez savoir si votre moto fait trop de bruit, vous pouvez faire un test en respectant la procédure ci-dessus à l’aide d’un sonomètre.

D’ailleurs en ce qui concerne le bruit, un radar sonore appelé aussi “radar méduse” est en test dans la région Île-de-France. Ce dispositif mesure le bruit de votre engin grâce à plusieurs capteurs et donne des indicateurs visuels grâce aux mesures retenues. Dès les premiers jours après son installation, de très nombreuses infractions ont été relevées. Victime de son succès, ce dispositif devrait être mis en place dès l’homologation du système d’ici 2021.

Infraction en cas de contrôle

Si vous êtes soumis à un contrôle par les forces de l’ordre et qu’ils estiment que votre moto est trop bruyante, vous risquez :
Une amende de 135 € pour toute émission de bruits susceptibles de causer une gêne aux autres usagers de la route ou aux riverains
Immobilisation du véhicule
De plus, en cas d’accident causant de lourds dégâts matériels et corporels, il est fortement probable que l’assurance refuse de vous indemniser intégralement. En effet, si votre pot émet trop de bruits ou n’est pas homologué, votre véhicule n’est plus considéré comme homologué. Ainsi, votre deux-roues ne correspondra plus aux conditions du contrat établi entre vous et votre assurance.

Avoir un pot qui fait un beau bruit ne doit pas signifier faire beaucoup de bruit. Vous développerez des nuisances sonores et vous risquerez de devoir régler une contravention en cas de contrôle. De plus, les assurances n’hésiteront pas à pointer la non-homologation de votre véhicule en cas de litige. En bref, un bruit d’une beauté subjective causant autant d’inconvénients en vaut-il réellement le coup ?